se souvenir de moi

Éducation

Mission Knut: l’occasion manquée par la Région de parler d’Europe

Le 1 octobre 2013 par Erwann Lucas-Salouhi
Mission Knut, le serious game du conseil régional

Le conseil régional a lancé lundi un « serious game » consacré au fonctionnement européen afin de sensibiliser les jeunes. Mais les moyens ne sont pas au niveau des ambitions

Un « serious game »? Qu’est-ce? comme son nom l’indique il s’agit d’un jeu vidéo ayant pour ambition de rendre attrayant le sujet choisi, considéré comme à la base potentiellement sérieux et même rébarbatif. Et force est de constater que c’est très certainement l’image que se fait une majorité de jeunes du fonctionnement de l’Union Européenne.

Pour y remédier et ainsi sensibiliser les jeunes, mais également les moins jeunes, aux questions européennes, la région Bretagne a décidé de lancer un serious game: Mission Knut, accessible sur le portail destiné aux jeunes du conseil régional.

Le scénario du jeu prend comme point de départ un événement qui pourrait être la hantise de la Bretagne: une collision impliquant un chimiquier dans la Manche, avec ses énormes conséquences économiques et environnementales. Un accident qui, en plus de faire des victimes, impacterait fortement l’activité économique des régions maritimes mais perturberait également le trafic maritime dans la Manche, véritable autoroute maritime, avec ses importantes conséquences sur les industries du continent

Afin d’éviter que cela ne se reproduise à l’avenir, le président de la Commission Européenne demande au Commissaire en charge des affaires maritimes, fraîchement nommé (c’est vous), de proposer une directive au Parlement.

Rencontrer, élaborer, proposer une directive

La constitution de cette proposition de directive doit s’articuler autour de quatre points: les actions immédiates, le trafic maritime, la prévention ainsi qu’un volet sanctions et indemnisations. Elle sera défendue devant les parlementaires de Strasbourg.

Commence dès lors les périgrinations du Commissaire européen, entre le lieu de la catastrophe, Londres et Bruxelles, afin de rencontrer différents experts, représentants professionnels, lobbyistes et élus européens en vue de compiler des mesures dans lesquelles il piochera les axes de sa future proposition de directive.

Vient ensuite le moment de défendre la proposition devant le Parlement Européen, réunit en plénière à Strasbourg. Face à des représentants de quatre tendances politiques, le Commissaire devra prouver le bien-fondé de ses mesures tout en tenant compte de la popularité de celles-ci auprès de l’opinion publique mais également des projections de votes des différents groupes parlementaire. Une vraie leçon de politique.

Ce jeu vidéo est pensé comme un support également utilisable par les animateurs Europe de la région afin de leur permettre d’aborder de manière originale l’Europe lors de leurs interventions dans les lycées. Ces animateurs, au nombre de 9, sont la clé de voûte de la Région concernant sa politique de sensibilisation du grand public à l’Europe, en les mettant gracieusement à disposition des lycées, collectivités ou associations que le souhaiteraient.

Trop lent pour les jeunes, pas assez précis pour les autres.

Cependant, si l’idée peut séduire, le projet ne semble malheureuseent pas avoir été mené à son terme. C’est tout du moins l’avis de Donatien Lambert, rédacteur sur le blog Geek Tonic, spécialisé dans l’univers des jeux vidéos et nommé aux Golden Blog Awards 2012, qui estime que Mission Knut est « un jeu bâclé, approximatif, peu entraînant et qui est très loin du public qu’il touche ».

« C’est trop lent avec de trop longs pavés pour pouvoir intéresser les ados mais d’un autre côté le jeu est trop imprécis pour que les jeunes adultes puissent y apprendre réellement quelque chose » détaille-t-il.

« Techniquement le jeu est lent, il y a un manque total d’interaction. Et sincèrement, comment sensibiliser les jeunes aux questions européennes avec un jeu bourré de clichés et d’approximations », s’interroge M. Lambert.

« Si sa cible est atteinte, ce sera négativement! on a l’impression que le Commissaire ne connaît pas son sujet et ne se base que sur l’avis de pseudo +experts+ aux compétences douteuses pour construire son projet de directive, c’est tout de même inquiétant », fait remarquer Donatien Lambert.

Malgré nos multiples appels, Pierre Karleskind, vice-président en charge de l’Europe au conseil régional, n’était toujours pas joignable au moment où nous mettions cet article en ligne.

Pour aller plus loin: http://jeunes.bretagne.fr/internet/jcms/preprod_189946/mission-knut

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze − dix =